Bretagne participative
Déjà collecté
2 300
Objectif
2 300
49 Contributeurs
100%
Réussi

Aidez-nous à soutenir les femmes de Tamba !

Un projet international porté par une asso étudiante rennaise

Nous sommes Robin et Hilary, 2 étudiants de l'École de Commerce et de Développement 3a Rennes. Il y a 2 ans, nous avons créé l'Association Defarr avec des amis de classe suite à une rencontre avec l'ISETA, un institut sénégalais partenaire de l'école. 

Au fur-et-à mesure de l'échange l'ISETA nous a parlé des problématiques rencontrées par les femmes et nous avons tout de suite été touchés par leur volonté de faire bouger les choses. Nous avons donc décider d'agir à notre manière pour les accompagner dans leur démarche.


En partenariat avec un acteur local 

Le projet Defarr est apparu grâce à un partenariat franco-sénégalais entre l’École de Commerce et de Développement 3a Rennes et l’Institut Supérieur des Études Techniques Appliquées de Tambacounda. Les deux structures ont décidé de mutualiser leurs efforts pour aider le collectif.

L’ISETA est un centre de formation continue aux techniques de management des différents métiers et est spécialisé dans la professionnalisation des étudiants, notamment dans l'agriculture ainsi que la transformation et stabilisation de fruits et légumes. Au delà de ses actions de formationl’ISETA accompagne aussi des projets à connotation sociale. 

Le Projet Defarr en 2 minutes :

Pourquoi ?

D'une part, l'autonomisation des femmes est encore limitée au Sénégal - surtout en zones rurales : la majorité est toujours dépendante de l'homme et du foyer. Cette situation favorise l'apparition de violences conjugales-domestiques. Un des premiers pas vers l'autonomie passe par sortir de la dépendance financière.

D'autre part, le climat rend complexe la conservation de la nourriture et des aliments : les produits ne se conservent pas bien, deviennent périssables rapidement et son difficilement vendables sur le marché local de Tambacounda.

Il s’agit d'un collectif de 25 femmes qui proviennent de différentes associations de femmes victimes de violences basées sur le genre, vivant avec un handicap ou victimes de la maladie de la fistule obstétricale. Le collectif que nous accompagnons s'est constitué autour des femmes qui souhaitaient se lancer dans l'entrepreneuriat rural et la transformation de fruits et de légumes.

Le coût total de l'unité de conservation est de 6070 euros. Le reste est financé par le Fonds d'Aide au Développement de Rennes Métropole et grâce à de l'autofinancement. Le Fonds d'Aide au Développement de Rennes Métropole débloqué plus tard compte tenu des délais de versements des bailleurs.


Nous avons déjà tous les devis nécessaires. Une fois les financements obtenus nous procéderons à l'achat des fournitures et des équipements. La mise en place de l'unité de conservation sera réalisée par une entreprise locale. Le coût de la main d'œuvre est englobé dans le financement de l'abri.

Un suivi de l'avancement du projet est prévu chaque mois avec une représentante du collectif de femmes, un représentant de l'Association Defarr et un représentant de l'ISETA.