Bretagne participative
Déjà collecté
1 175
Objectif
1 500
40 Contributeurs
78.3%
Réussi

Rappel des épisodes précédents

8 ans déjà que La Lucha Libre (La Lucha, pour les intimes), cette bande de catcheurs masqués biberonnés au rock, au foot et aux conneries en tout genre, sévissent sur la scène musicale française. Huit années durant lesquelles Nietzsche a côtoyé George Best, où Freud a théorisé sur les rapports incestueux entretenus par Mario et Luigi et où Bruno Grougi a été élevé au rang de Saint et canonisé. Bref, beaucoup d'amour pour le stade brestois, au point que le groupe est mentionné sur la page wikipedia du club, chose que l'on peut considérer comme être le sommet de notre carrière. 


Et maintenant ?

Huit ans et trois albums devenus cultes auprès d’une brouettée d’adeptes de la scène indé et alternative. Huit ans, quand on y pense, c’est l’âge de raison plus quelques mois. Aussi, il n’en fallait pas plus aux membres du trio pour se persuader qu’il était temps de sortir l’album de l’(im)maturité. Et c’est ce qu’ils ont fait avec ce nouveau skeud envoyé à la face du monde et qui marque un tournant radical dans l’esthétique musicale de la formation. Terminé la MAO, les batteries synthétiques, les consoles NES et les sons rigolos. Ici, les lascars ont décidé de revenir aux bases et d’exploiter le bon vieux filon ayant fait ses preuves depuis des décennies, à savoir le guitare/basse/batterie. Un retour aux sources et à l’essentiel mais aussi une manière de renouer avec cette excitation quasi-primitive que procure le rock’n’roll. Et le moins que l’on puisse dire est que La Lucha a réussi son pari.


Et ce disque, ça donne quoi ?

Alors on est pas des guedins, on va s'auto-évaluer et se la péter comme ça. Pour éviter tout pétage de melon (parce que notre disque il est cool), on préfère que ce soit quelqu'un d'autre soit en mesure de donner un avis sur cet excellent album. Ce monsieur c'est Erwan Bargain, voici son retour sur l'album.

Dès le morceau d’ouverture, sobrement intitulé The Bondage Blues, le ton est donné : guitares abrasives, rythmique en béton armé nord-coréen, chant enveloppant et chœurs entêtants… La machine est lancée sur de bons rails. Le deuxième titre enfonce le clou, la recette, qui est presque la même, s’avérant des plus savoureuses et scelle l’accouplement improbable et coupable entre The Smiths et The Beach Boys. Plus lancinant et hypnotiques, Brando’s eye, avec ces quelques notes de piano en introduction, démontre que le combo a plus d’un atout dans sa poche, le chanteur, avec sa voix de crooner d’outre-tombe, emportant instantanément l’adhésion de l’auditeur. Que les fans de la première heure, néanmoins, se rassurent : si le son change, l’état d’esprit reste le même, le groupe ne se déparant jamais de son humour ravageur et décalé ni de son éternelle auto-dérision. Quant à la dimension footballistique qui jalonne toute la carrière de ces amoureux du beau jeu, elle demeure bel et bien présente, comme en témoigne Red and White, morceau composé à l’occasion de la montée du Stade Brestois en Ligue 1. Car être Nietzschéen n’est pas incompatible avec le fait d’aimer le ballon rond. D’ailleurs, quand on y réfléchit, l’enthousiasme des supporters dans un stade est finalement assez proche de la ferveur d’un public rock devant un groupe digne de ce nom. Bref, vous l’aurez compris, La Lucha Libre est désormais adulescente et on espère que cet âge régressif de déraison va durer encore longtemps !


SORTIE ET RELEASE PARTY : LE 1er MAI 2020 à CROZON, SALLE TY SKOL


Message du groupe : C'est un album un peu tournant, même si ça fait un peu con de dire ça, c'est le premier sans petit bruit de jeux vidéo, et autre bidouilles avec un ordinateur. C'est un peu le retour à nos premiers émois : Queens of the Stone Age, les Pixies, les Ramones, les Sex Pistols, David Bowie... Bref, c'était un gros kiff de la faire, de l'enregistrer et de le mixer, et on a vraiment hâte de mettre ça sur un beau vinyle. En principe, ça devrait être un chouette album de rock'n'roll ! On compte sur vous !


Pas d'actualités pour ce projet
CRÉATEUR
image profil
1 projet créé
Choisissez une contrepartie

Don sans contrepartie

Soutenez le projet du montant de votre choix

5

Rien

Ba rien

15
14/100

Le vinyle

Le vinyle "Mokusatsu" dans ta boîte aux lettres

30
7/30

L'intégrale "Lucha"

Le vinyle "Mokusatsu" + les 3 premiers albums dans ta boîte aux lettres

30
1/30

UK ! UK !

Our vinyl ! special post uk by parcel !

40
8/10

Vinyle + Tshirt lucha

Le vinyle "Mokusatsu" + le t-shirt Lucha dans ta boîte aux lettres

50
5/10

Le vinyle pour l'apéro

On vient te livrer le vinyle à ton domicile (on fait ça dans le 29 hein)

100
0/10

Sur scène avec nous

Alors on te trouve une petite place sur scène pour la sortie d'album à gauche ou à droite de la scène. Avec ça le vinyle et l'intégrale, ba oui.

500
0/5

Le vinyle option concert

Le vinyle, l'intégrale et le petit concert chez toi (en Bzh hein)

Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience et optimiser nos sites et services.
Les cookies nous permettent d'analyser notre audience, de vous proposer boutons de partage ainsi que des contenus, annonces adaptées à vos centres d’intérêts.
En cliquant sur paramétrer, vous pouvez modifier votre configuration. Pour plus d'informations sur les cookies, cliquez ici .

En cliquant sur J'ai compris, vous acceptez l'utilisation des cookies et de tiers pour simplifier votre expérience de navigation.
Lien Facebook du projet
Lien Twitter du projet
Lien Instagram du projet
Lien Youtube du projet
Lien vers le site du projet